L’Oeil de Nidhoir/ Comores Telecom-Telma : les frères jumeaux du numérique aux Comores

Par Nidhoir Daoud

L’arrivée du câble Eassy allait numériquement désenclaver les Comores, fondre les prix exorbitants des communications numériques dans l’archipel. Le monopôle de Comores Telecom (CT) a exacerbé plus d’un, tant le service au sens technique, humain et commercial est à déplorer. L’arrivée du deuxième opérateur, Telco filiale de Telma , attendu religieusement n’a presque pas rebattu les cartes. Nous assistons à une petite guéguerre des prix que le Comorien ne comprend même pas. Au lieu d’une vraie concurrence source d’innovation ou de guerre de tarifs, le client est pris au piège: à défaut d’interconnexion entre les réseaux Huri et Telco, le client est contraint d’avoir deux puces, deux répertoires. Une offre commerciale floue que seuls les communicants de ces deux opérateurs en comprennent les avantages.

Sur les réseaux sociaux, les internautes comoriens applaudissaient l’arrivée du challenger Telma avec son marketing.  J’ai alerté sur cette fausse concurrence et le danger que cela représente sur les infrastructures de télécommunication aux Comores:

  • Primo, l’approche de Telma était centrée sur l’utilisateur B to C. En gros mener une guerre frontale à l’opérateur historique CT sur l’offre aux particuliers.
  • Deuxio, la couverture du réseau Telma au lieu de proposer une complémentarité a opté pour « je te tiens tu me tiens par la barbichette ». Quid des zones blanches. Quid de la densification des zones d’activités. Quid de la connexion sur pc en dehors des devices mobiles.

Lire la suite

Publicités

Une commission d’enquête parlementaire sur l’octroi de la seconde licence à Telma

Palais du peuple, siège de l'Assemblée fédéral à Moroni

Palais du peuple, siège de l’Assemblée fédéral à Moroni

Logo Telma

Friture sur la ligne entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif en Union des Comores  à propos de l’octroi de la seconde licence de communication électronique au Consortium Telma mobile/ Sofia. Décidément, la décision des autorités comoriennes accordant une seconde licence à l’opérateur Telma en début du mois d’octobre dernier, a du mal à passer auprès des députés comoriens ou du moins une partie d’entre eux qui soutiennent que la procédure n’a pas respecté la loi. Lire la suite