Contribution/ Être émergent 

Par Nidhoir Daoud, blogueur

Il ne faut pas se moquer de l’ambition du Président Azali de faire de l’Union des Comores un pays émergent. Un chef d’État est dans son droit de proposer une vision du pays. Il revient à son peuple par le biais des élus de traduire cette vision à travers une série de programmes législatifs, économiques, culturels…etc.

Attardons-nous sur une condition sine qua non d’un pays émergent: la qualité des infrastructures (routes, ports, aéroports, hôpitaux …etc.). Quelle est la qualité de nos infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires destinées à la circulation des biens et des personnes ?

En 42 ans d’indépendance, nous n’avons presque pas financé sur fonds propres une seule infrastructure sans l’aide internationale. En 42 ans sommes-nous si pauvres à ce point pour ne pas subvenir à un seul besoin ? La réponse n’est pas uniquement financière. Nous avons opté pour la facilité en pensant naïvement que cela est le devoir de nos partenaires extérieurs.

Pourtant nous avons les moyens de financer nos propres routes. Oui nous avons l’argent pour construire un hôpital digne de ce nom! Lire la suite