Contact

comoressentiel.infos@gmail.com

Tél:.+33 769482517

Publicités

3 réflexions sur “Contact

  1. Bonjour ,

    Votre histoire m’a fait sourire et pensée a une anecdote .
    Je suis originaire de Marseille et je vis sur la cote d’azur , je suis invité un jour chez des amis et quand j’arrive au point de rencontre . Je suis émerveillé par le nom de leur résidence  » Plaisance des comores « .

    Cette résidence comporte 4 batiment , Mohéli, Anjouan , Mayotte et Moroni ( Bon ils auraient du l’appeller Grande Comores ) .

    http://www.locasun.fr/298258-Location-Appartement-Antibes.htm#/

    J'aime

  2. IL Y À ANGUILLE SOUS ROCHE
    On peut concevoir qu’un individu anormal fasse des choses irrationnelles. Mais ce que nous sommes en train de vivre dépasse l’entendement. Car nous sommes loin d’un marche de dupes ou chacun cherche à trouver son compte en trompant l’autre. Mais malheureusement il ne s’agit pas d’une affaire personnelle, ça concerne un peuple. Un peuple qui a donné sa souveraineté et sa confiance a un homme pour assurer sa destinée. Le comble, c’est qu’il est certain que cette confiance ne serait jamais acquise sans l’apport d’un autre individu.
    Vous avez compris. Il s’agit bien de la manière et des conditions dont Azali a accéder au pouvoir l’année dernière. Arrivée difficilement en troisième position au premier tour du scrutin présidentiel, il a bénéficié du soutien de JUWA et de son leader en particulier pour pouvoir être élu. Mais une fois l’objectif atteint les hostilités contre JUWA et Sambi ne ce sont pas faites attendre.
    Pour vous rafraîchir la mémoire, lors de la formation de son gouvernement, malgré les promesses de campagne, JUWA est timidement représenté avec 2 ministères vidés de leur substence et qui dans la pratique brillent par l’inoperationnalite. Le Raïs à énergiquement contribué à empêcher les députés du JUWA à faire parti des membres du bureau de l’Assemblée malgré l’importance de leur nombre au sein de l’Institution. Il faut savoir que le Parti compte le plus grand nombre de député plus que tout autre Parti. Le CRC, Parti du Raïs s’est associéo à d’autres Parti au Conseil de l’île de Ngazidja pour élire les 3 représentants du Conseil de l’île de Ngazidja à l’Assemblee de l’Union et empêcher JUWA de pouvoir faire monter ne serait-ce qu’un seul. À noter aussi que le de ses conseiller est parmi le plus important de cette autre institution. Aujourd’hui les instructions sont données et les dispositions prises pour empêcher les Conseillers légalement élu pour représenter l’Ile de Ndzuwani de siéger au profit des illégitimes issu de la minorité UPDC choisi dans les locaux de Comores télécom après les manoeuvres qui ont abouti à la déchéance du conseiller JUWA du Nyoumakele. Et ce n’est pas fini, l’avenir nous réserve encore plein de cauchemar.
    Dans tout ça la Direction du JUWA à adopté un comportement digne de responsables politiques de grande maturité. Pendant qu’a coup de provocation les ténors du pouvoir les poussent vers la porte, il manifeste une indifférence qui traduit sa stratégie a garder la main sur ses militants et sympathisants, tout en préservant l’image du leader. Certes en politique, un mariage n’est jamais éternel mais peu de gens comprendront pourquoi le mariage à été d’une aussi courte durée, si en moins d’un an JUWA proclame le divorce. En revanche jusqu’ici c’est l’image de l’ingratitude d’Azali qui est manifestement apparent.
    On a pas besoin d’être sorcier pour comprendre les ambitions d’Azali. Puisque de toutes les façons, il a laissé entendre a plusieurs occasions, mais en privé que parmi ses regrets, c’est d’avoir lâché le pouvoir en 2006. Cette fois-ci il préconise que ça ne sera pas le cas. Il y est et il y restera.
    Pour ce faire, la recette qui se dessine est la suivante :

    L’obstacle premier à ses ambitions ne peut être que Sambi. Alors il faut tout faire pour l’anéantir. Et quels sont donc les moyens a mettre en oeuvre pour y parvenir ? Suivant ce qui se passe, sur le plan politique Azali a choisi de réunir autour de lui, tous ceux qui ne souhaiteraient pas voir un retour de Sambi au pouvoir. Il n’y a qu’à remarquer le valse des dirigeants politiques de tout bord a Beit Salam, bien entendu sauf pour le Parti JUWA. Plutôt ceux-la même qui ont énergiquement combattu sa réélection.
    Sur le terrain religieux, il faut absolument raviver la flamme du chiisme que l’on colle gratuitement a Sambi. La machine reçoit actuellement sa dose de lubrifiant.
    Sur le plan extérieur, on s’associe indéfectiblement a la cause de l’Arabie Saoudite jusqu’à rompre les relations diplomatiques avec l’Iran et se proposer volontaire pour aller combattre non pas les israéliens mais nos frères de sang musulmans arabes yéménites. Il faut aussi s’aligner a la cause des occidentaux et particulièrement de la France et l’Union Européenne et empêcher Sambi de venir gêner leur domination économique dans nos eaux territoriales. L’Union africaine étant la voix de son maître, cette Organisation n’a jamais avale, à l’exception de quelques pays, le fait que Sambi à tranché sans leur consentement, sur le débarquement qui a mis fin au séparatisme d’Anjouan et qu’il a réussi. Il y a un risque pour Mayotte et pour le pétrole offshore si jamais Sambi doit revenir.
    Face à cette situation, il faut mettre la pression sur Azali pour qu’il se décortiqué définitivement de Sambi. Ce n’est pas un fardeau pour celui qui a ouvertement déclaré que le problème de ce pays, c’est Sambi. alors tous les atouts sont mis à contribution. Affaiblissement du JUWA, au travers les manoeuvres évoqués plus haut. Humiliation des ministres JUWA par coup bas successifs. Division du Parti pour des considérations inutiles. Et j’en passe.
    Mais la ténacité des dirigeants, militants et sympathisants du Parti ne faiblit pas pour un quelconque manœuvre de découragement. Mais aussi la clairvoyance du leader et surtout sa vision du développement du pays dont il a posé les jalons pendant son séjour à Beit Salam sont pour quelque chose dans l’amour de la population à cette personne hors du commun. Il faudra faire comme lui ou plus pour susciter un pareil engouement du Peuple vers soit. Or jusqu’ici nos dirigeants politiques n’ont su montrer que la pratique de népotisme et du clientélisme. Il est alors difficile de prétendre égaler ou dépasser la popularité de Sambi. Toutes les politiques, les stratégies mises en oeuvre jusqu’ici pour tenter d’erroder la stature de Sambi se sont révélés inefficace. Donc à mon avis, il faut changer de pratique à commencer par positiver en rendant service au peuple plutôt que de se rendre service soit même. Sinon on a beau crier toutes les accusations du monde, de toutes natures sur lui mais sa popularité ne desemplira pas.
    Alors mon cher Azali, prière de revoir votre copie.

    J'aime

  3. J’AVAIS UN REVE.
    Quand Martin Luther King le disait, à plusieurs égard, il faut dire qu’il s’agissait vraiment d’un rêve. Mais l’histoire lui a quand même donné raison car au 21 ème siècle, nous avons assisté à l’arrivée au pouvoir d’un noir américain à la tête du pays de l’oncle Sam. Mon rêve en est tout autre, je rêvais d’un Azali bis autrement dit d’un second mandat d’Azali ou le Président allait corriger les erreurs commises lors du dernier septenat.
    Mais hélas, mon rêve est loin de devenir une réalité. En tout cas, au vu de la situation à longueur des jours, des mois et que sais-je des années, qui s’écoulent rien ne permet de dire que les choses vont changer. Et pourtant personne ne lui a forcé lors de sa campagne pour la course à Beit Salam, de scandér qu’il a changé ». Comprendre qu’il reconnaisse avoir fait du mal, qu’il avait rendu un mauvais service à la population et est résolu a ne plus le faire.
    Malheureusement depuis sa réélection à la magistrature suprême de l’Etat, voici près d’un an, il n’y a pas une lueur de doute. Azali n’a pas changé et ne l’entend pas. Et pour vous illustrer, Il a commencé par mettre en priorité tout ses anciens et fidèles compagnons à leur place. Ensuite il a sorti un décret pour permettre à n’importe quelle personne soit-elle d’accéder à n’importe quelle position dans la fonction publique de l’Etat.
    Ce n’est pas fini, il faut recourir à ceux-la même qui se sont énergiquement opposé au retour d’Azali au pouvoir. Voilà le recette de notre champion; abandonner ceux qui lui ont porte au pouvoir et conjuguer avec ceux qui lui ont combattu. Intelligent non ?
    En réalité qu’est-ce qui se passe au sein de la fonction publique ? Au lieu de miser sur des retraites et du personnel hors Fop dans les fonctions régaliennes de l’administration centrale, il pratique un mépris total de l’expérience et des compétences. Le népotisme et le clientélisme sont devenus la règle d’or. Tout comme son prédécesseur Ikililou, les compétences ne valent rien. C’est l’individu qui prévaut. Ainsi le résultat catastrophique constaté après le quinquennat de Moheli qui laisse tellement à désirer, le peuple comorien s’interroge sur la nécessité de la tournante, surtout si c’est pour permettre à des personnes comme Ikililou de devenir Président parce qu’il est originaire d’une île x ou y.
    Il y a donc matiere à rassurer le peuple donc, qu’Azali dans son œuvre qui consiste à faire du neuf avec du vieux n’atterit pas en 2021, à la fin de ce deuxième mandat, avec un bilan plus catastrophique que celui de 2006, lequel lui a valu les hues du public lors de la cérémonie d’investiture du President Sambi. Ce qui est certain c’est qu’en le reelisant les comoriens espéraient tout, sauf un retour à la case départ. En parlant des comoriens, parmi eux, l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qui, en appelant à voter pour Azali a cru privilégier la sagesse. Il faut dire que ses espoirs furent de courte durée.
    Car, à un peu moins d’un an d’exercice de ce nouveau mandat, de son triste bilan du mandat passé, il ne manque plus que les intimidationsa et l’arbitraire, dont à mon avis ne vont pas tarder à se manifester. Le prélude vient de commencer avec les évènements de vendredi dernier au Palais du Peuple de Hamramba ou le puissant Vice Président CRC, Maoulana soutien la théorie d’une minorité qui fait la loi. On parle aussi d’une prolongation du mandat à 7ans ou de suppression de mandat des gouverneurs. Pendant qu’on sait aussi que tout ce qui peut remettre en cause la fameuse tournante dont il est à l’origine, peut occasionner des soulèvents populaires pouvant deboucher à des mouvements séparatistes qui certainement résulteront au retour de l’instabilité dans le pays.
    Ce n’est plus nouveau pour Azali qui, selon des sources proches de Beit Salam est conscient des conséquences que va engendrer ses ambitions politiques. Les problèmes vont se poser et on trouvera toujours de solutions pourvu qu’il se maintienne au pouvoir. Mais la naïveté d’Azali, dans ces conditions, a atteint son paroxysme. Car il ignore qu’à nos jours, à l’air des NTICs la société a beaucoup évolué. Permettez moi de lui rappeler qu’avec le retour partiel de l’Energie dans nos communes, le monde n’a plus de secret pour personne dont le comorien lamda. Il faut qu’il sache que même pour l’achat du nouveau centrale de la Mamwe, acheminé par avion, l’opinion en sait quelque chose.
    Si l’on revient au soutien de Sambi à la reelection d’Azali, il est apparu qu’Azali n’a respecté aucun des engagements conclu avec les partisans de Sambi. La composition de son gouvernement, les nominations des Directeurs Généraux des sociétés d’États, et de l’administration Centrale, l’accréditation des représentations diplomatiques, bref tout ce qui à été convenu, Azali n’a rien respecté. Franchement à son niveau, personne n’aurait pu imaginer qu’un homme lui allait s’ amuser à jouer au jeu du chat et de la souris.
    Ce n’est pas tout. Le pire reste à venir. Car Azali est résolu a mettre en oeuvre ses visées machiavélique. Il aurait laissé entendre qu’il connait les lourdes conséquences que cela va engendrer, mais qu’il le fera quand bien même.
    Donc on s’attend dans les jours et mois qui viennent à des manipulations visant à prolonger le mandat présidentiel, supprimer purement et simplement l’autonomie des îles via la disparition des mandats des gouverneurs, mais surtout l’empêchement de Sambi à se représenter aux élections, si toute fois la tournante est restée ce qu’elle est.
    Comme quoi, il faut dire que les responsables du JUWA qui se sont opposés au ralliement à Azali au second tour de l’élection présidentielle de 2016, semblent très bien connaître l’individu. En avançant qu’ils étaient retissant pour des raisons de protection du Parti et de son leader. Il est vrai que tel que c’est parti Azali veut la peau du Parti JUWA et de son leader.
    La population estimé qu’Azali doit se rappeler d’une chose: le célèbre adage disant que l’homme propose et Dieu dispose. Sur ce, wait and see.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s