Point de vue….Quand Jean-Marc Heintz violait l’espace aérien comorien*

Par Lieutenant Midiladji, Officier de Sécurité en poste à  la Brigade de Gendarmerie de Ouani

L’opinion nationale s’interroge depuis l’arrivée du Président Azali  Assoumani au pouvoir sur la nature des liens qu’il entretient  avec Jean-Marc Heintz. Qui est ce Monsieur ?

Le commun des Comoriens pensent que sa force provient de la réalisation du grand mariage et de son accession au rang des notables grand-comoriens. Ce statut n’explique pas tout, Jean-Marc Heintz est aussi l’homme des réseaux qui ont fait tant du mal aux Comores et aux Comoriens.

Sa dernière prouesse, c’est en 2008 sur le tarmac de l’aéroport d’OUANI quand il est venu avec son Let 410, sans autorisation,  ni plan de vol, pour le Monsieur qui se fait passer aujourd’hui pour le Garant de la sécurité aérienne aux Comores. Un certain 21 Mars 2008 à 5h30 heures du matin, quelques jours avant le débarquement militaire à Anjouan, il est venu récupérer les 2 gendarmes et le pilote qui ont craché dans la baie de SIMA,  avec son hélicoptère venu de Mayotte pour contrôler les mouvements militaires à la veille du débarquement pour déloger le régime du Président  Mohamed Bacar.

En « bon soldat de fortune », Jean-Marc Heintz est payé aujourd’hui des bons services rendus en le plaçant dans un secteur stratégique  à savoir la régulation du transport aérien où il peut tout contrôler et tenir le régime d’Azali en laisse. Il est donc celui qui est chargé de surveiller Azali des faux mouvements éventuels.

Ce Monsieur, adepte des Républiques bananières,  ne respecte aucune règle, il est toujours disponible pour servir le bon payeur : hier, il l’a été  pour aider à violer l’espace aérien national, aujourd’hui il est chargé de nettoyer le ciel de toute entreprise comorienne pour laisser vide l’utilisation de l’espace aérien national au service des forces étrangères.

Jean-Marc Heintz n’a qu’une seule préoccupation : ressusciter sur  le plan financier après le naufrage de Comores Aviation et servir de cheval de Troie aux forces de déstabilisation. Jean-Marc Heintz est un des acteurs du passif des 40 années passées depuis l’indépendance des Comores.

Saint-Denis de La Réunion le 25 juillet 2017

*Le titre est de la rédaction

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s