Nation/ Qu’est ce qui fait courir Azali ?

Par Faissoili Abdou

Le père de la Tournante est-il tenté de jeter « son bébé »avec l’eau du bain?

Ici, le Chef de l’Etat avec des notables de Ndzouani au palais de Dar Nour à Mutsamudu

Sur les chapeaux de roues.  Un mois de juillet très chargé pour le Président Azali qui a procédé, le 17 juillet,  à un remaniement gouvernemental officialisant la fin de l’alliance politique avec le parti Juwa. Depuis sa rencontre, le 4 juillet dernier, avec les membres du Mouvement du 11 août (M11), le locataire de Beit-Salam a décidé de mouiller sa chemise, au sens propre comme au figuré, pour l’organisation des « assises sur les 42 ans d’indépendance et les 15 ans du Nouvel ensemble comorien et la présidence tournante ».  Des assises dont il souhaite qu’elles se tiennent rapidement. « Avant les élections », a-t-il annoncé, le 6 juillet,  lors de son discours à l’occasion de la fête nationale. Dans cette même allocution, le chef de l’Etat a  tenu à mettre en garde. Ces assises « ne doivent pas servir de prétexte pour ressusciter les démons du séparatisme », a-t-il lancé sans que l’on sache le lien entre les Assises et le séparatisme. Effet, selon, ses initiateurs cette démarche vise uniquement à faire le bilan des 42 ans de notre indépendance , en tirer les conséquences et dégager des nouvelles pistes pour envisager un nouveau départ de l’archipel qui peine à sortir du sous développement. La déclaration du chef de l’Etat est faite  deux jours après sa rencontre avec les représentants du Mouvement du 11 août, les chefs des Institutions  et les délégués de certains partis politiques.

Depuis, le colonel Azali qui a promis d’apporter son « soutien multiforme et celui de son gouvernement pour la réalisation des assises et leur succès », multiplie les rencontres dans les  îles de Mwali et Ndzouani pour sensibiliser les forces vives locales au sujet de ce rendez vous.  Néanmoins,  on est  un peu intrigué de cet intérêt soudain du Chef  de l’Etat par rapport à l’initiative du Mouvement du 11 août, quand on sait, qu’il y a deux ans de cela, ce leader du parti CRC avait manifesté son peu d’enthousiasme envers cette  démarche. Beaucoup sont ceux qui se demandent si le locataire de Beit-salam ne veut pas se servir de l’initiative du M11 pour faire passer un projet dissimulé. S’il n’avance pas masqué.   « Le moment, qui coïncidait avec la période électorale, n’était pas opportun », a-t-il  tenté de justifier son attitude passé. Alors le président qui veut que ce rendez vous se tienne en dehors des périodes électorales, a entamé des « rencontres  tous azimuts ». C’est,  entre autre, dans ce cadre qu’il a fait un déplacement,  mercredi 12 juillet dernier, à Ndzouani où il a procédé à l’ouverture de la 10 eme édition des jeux de la fraternité des îles Comores (Ndzouani Raid) et participé également à la grande réunion des pays membres de l’Indian ocean rim association ( IORA).

Parmi, ceux qui ont accueilli le chef de l’Etat à l’aéroport d’Ouani, ce jour là, figuraient des sympathisants de l’ancien homme fort de l’île, Mohamed Bacar, brandissant des  banderoles favorables à l’organisation de ces assises. Azali a ensuite rencontré des leaders politiques de l’île dont  l’ancien gouverneur Anissi Chamsidine et l’ancien ministre de l’intérieur de l’île de Ndzouani, Djaanfar Salim, tous deux responsables de partis politiques. Simple coïncidence ? Ces deux personnalités étaient reçues précédemment  par Abdou Salami Abdou, le gouverneur Ndzouani qui, de son côté, multiplie également les rencontres au sujet de ces assises. Une véritable course contre la montre.

Dans une intervention à l’aéroport d’Ouani, Azali a appelé « tout le monde » à participer aux assises. « Nous devons nous asseoir autour d’une table pour faire le bilan des 42 ans de notre indépendance et de la tournante. C’est le moment le mieux indiqué pour cet exercice », a-t-il déclaré martelant que « personne ne doit se mettre en marge de ce rendez vous ». « Aussi bien ceux qui seront invités que ceux qui ne le seront pas », a-t-il précisé. Une pique à peine voilée à l’encontre de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi qui a déclaré récemment sur les réseaux sociaux qu’il n’avait pas reçu une invitation pour participer à la parade militaire de la place de l’indépendance à Moroni à l’occasion de la célébration de la fête nationale du 6 juillet.

Revendiquant la paternité de la présidence tournante, le chef de l’Etat a indiqué qu’il est « le meilleur » défenseur de ce système mis en place par la Constitution de 2001, mais que ce dispositif constitutionnel peut être évalué « pour garder ce qui a marché et  apporter d’éventuels correctifs». Reste à savoir s’il n’est pas tenté de jeter son bébé avec l’eau du bain.

Le système de présidence tournante alimente les débats dans les chaumières, les places publics et sur les réseaux sociaux  certains  l’accusant à tort ou à raison d’avoir contribué à plonger le pays dans les abysses. Nous souhaitons ici, pointer un des tares de ce système à savoir le népotisme, cette fâcheuse  tendance qu’ont eu les présidents successifs de l’Union des Comores à privilégier les cadres originaires de leurs îles natales  voire même de leurs villes ou villages dans les nominations aux postes importantes du pays.  Mais cela, à notre avis, relève beaucoup plus des attitudes des hommes que des textes qui nous régissent. Cette pratique initiée par l’actuel chef de l’Etat, Azali Assoumani, lors de son premier mandat, a été poursuivie dans une moindre mesure par son successeur Ahmed Abdallah Sambi. Elle sera ensuite reprise par Ikililou Dhoinine et accentuée depuis un an déjà par le même Azali. Déroutant. A croire, que ceux qui nous dirigent ignorent notre Histoire récente. Nous terminerons donc  cette page par ces propos de l’ancien premier ministre Said Ali Mohamed qui, dans un de nos précédentes éditions, avait lancé cette réflexion : «  la Nation comorienne n’a pas été construite correctement. Tout responsable comorien conscient devrait avoir à l’esprit dans toutes ses actions que notre priorité c’est de pouvoir construire correctement la Nation comorienne sur des bases solides ». On ne le répétera jamais assez…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s