A Mayotte, la patrie des droits de l’Homme se fout du Droit

Par Faissoili Abdou

Ici, des familles « décasées » et amassées Place de la République à Mamoudzou

22 677. C’est le nombre de personnes expulsées à Mayotte en 2016. Une hausse de 21% par rapport à 2015 selon la préfecture de Mayotte qui, dans un communiqué datant du mois de janvier, vantait la « nouvelle gouvernance de la lutte contre l’immigration clandestine (.. .) qui a permis d’intercepter 432 Kwassa-kwassas et d’assurer une présence plus forte à la mer des bateaux intercepteurs ».

Une situation que dénonce avec vigueur le rapport annuel des associations intervenant dans les centres de rétention administrative(CRA)  en France (Assfam, Forum réfugiés-Cosi, France terre d’asile, Cimade,  Ordre de Malte France et Solidarité Mayotte). Dans leur rapport publié le 27 juin dernier, ces associations  évoquent un « nombre de placements et une durée de rétention hors norme » dans cette île comorienne sous administration française. L’île tient le record des placements en rétentions. «Le département de Mayotte atteint à lui seul 43 % du total national, dont 4 285 mineurs, dans un contexte où les éloignements forcés sont si rapides (17 heures en moyenne) que seule une faible proportion de personnes peut exercer ses droits », dénonce le rapport.

« À Mayotte la majorité des éloignements se fait vers la République  Fédérale Islamique des Comores. Un accord bilatéral supprimant l’exigence d’un laissez-passer consulaire permet des éloignements expéditifs avec le départ d’un bateau par jour. La durée de rétention est ainsi très faible : 19h00 en moyenne », rappelle-t-on dans ce rapport. On parle d’une « quasi navette » entre les deux rives de l’archipel.

« Selon les chiffres donnés à la presse par le préfet lors de l’État-major  Sécurité du 24 janvier 2017, 7 000 des 22 677 personnes expulsées provenaient des 432 kwassas interceptés durant l’année. Sur ces kwassas se trouvaient 20 % de mineurs », poursuivent les associations qui relèvent que là-bas, « l’État y poursuit une politique d’expulsion hors norme et justifie, par l’importance des flux migratoires, de nombreuses violations des droits ».  Il en est ainsi du droit des mineurs complètement bafoué dans l’île hippocampe.

Les associations déplorent leur « présence massive » au centre de rétention administrative(CRA) de Mayotte. « Ces mineurs sont ainsi mis en danger car ils sont retenus dans la zone « famille » du CRA parmi des adultes qui ne sont pas leurs parents. Ces mineurs isolés devraient bénéficier d’un accompagnement de l’aide sociale à l’enfance. Pourtant celle-ci n’intervient pas à l’intérieur du CRA », observe  le rapport. Une situation jugée « préoccupante » par le contrôleur général des lieux de privation de liberté. Le rapport indique, en outre, que « ces mineurs sont principalement interpellés à leur arrivée à bord de kwassa puis rattachés arbitrairement, sans vérification d’identité, à des adultes qui n’ont pas autorité sur eux. Les situations sont multiples : mineurs voyageant complètement seul, accompagnés d’un frère majeur, ou confiés à des adultes payés pour les amener à Mayotte ».

L’autre situation dénoncée dans les  associations est celle liée aux opérations de « décasage » qui ont marquée l’année 2016 à Mayotte. « De mi-janvier jusqu’au début du mois de juin, des collectifs de villageois ont procédé à des évacuations illégales, souvent avec violence, de personnes logeant dans des habitations précaires (avec ou sans bail) », rappellent-elles dans leur rapport. « Ces collectifs ont justifié ces actions par des prétextes tels que l’occupation illégale des terrains et un lien supposé entre les personnes expulsées et la délinquance constatée  dans le département. Cela a donné lieu à des déplacements de populations (estimés à environ 1 500 personnes), situation aggravée par la passivité des pouvoirs publics face à ces « décasages», déplorent encore les associations.  À noter que la majeure partie des personnes délogées étaient mineures ou en situation régulière.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s