Initiatives locales/ Muo-Ouani Verte déclare la guerre aux ordures qui jonchent sur la ville  

Faissoili Abdou

Les bénévoles du Muo-Ouani verte en plein action sur le littoral..

La problématique de la gestion des ordures se pose avec acuité aux Comores où les grandes villes croulent sous les ordures. Face à l’inertie des pouvoirs publics, qui semblent dépassées par le phénomène, les initiatives locales devraient suppléer  cette absence d’actions des autorités.  C’est ce qui se passe  à Ouani où  une structure associative se bat pour la propreté de la ville et envisage même de mettre en place un site de traitement des déchets…

« Garantir le nettoyage et l’assainissement de la ville de Ouani ». Voilà l’objectif que s’est fixé l’association Muo(Maendreleyo Urahafu Ouani)-Ouani verte qui a initié des opérations de nettoyage de grande envergure  dans cette deuxième cité de l’ile de Ndzouani. Les premières actions de cette structure associative  qui aspire aujourd’hui à mettre en place un projet ambitieux de valorisation de déchets non biodégradables dans cette ville-aéroport, remonte en 2015. Il s’agissait alors de « nettoyer la route principale qui va de « tournejou » à l’aéroport d’Ouani mais aussi les artères principales de la ville. On a ensuite planté des fleurs tout le long de ces artères », nous explique Nidhoir Daoud, l’un des portes paroles de l’association.

Vue d’une des artères de la ville après le passage des bénévoles de Muo-Ouani verte (source: page facebook de l’association)

Jusque là, la ville, comme c’est le cas dans d’autres grandes localités de l’archipel, croulait sous les ordures. Les immondices étaient partout. « Des jeunes ayant constaté que la ville était insalubre, se sont, alors,  dit qu’il fallait faire quelque chose ne serait-ce que nettoyer les artères principales », poursuit  Nidhoir Daoud. Ils ont ensuite sensibilisé la population pour un nettoyage hebdomadaire des quartiers.  Chaque vendredi les riverains doivent nettoyer leurs secteurs. Un travail de sensibilisation se mène parallèlement sur les réseaux sociaux où les responsables de l’association échangent avec les membres de la diaspora.

Cette année, les actions  de Muo-Ouani verte se sont étendues sur les bords de rivière et le littoral sur un périmètre allant de l’aéroport jusqu’à l’autre extrémité de la ville. Ici, l’association s’est assigné la mission de débarrasser tous les ordures qui jonchaient sur ses lieux de vie. Des montagnes de déchets ont été amassées en un rien de temps. Toutes ces opérations se réalisent grâce notamment à la jonction des efforts  des bénévoles locales et le soutien de la diaspora. « Les jeunes de la diaspora se sont dit, si eux, ils font ça, nous nous devons les soutenir. On a  acheté des équipements (gants, pelles et brouettes..) pour aider  les bénévoles », assure notre interlocuteur.  A partir de ces actions décidées  spontanément par des volontaires de Ouani , naîtra l’idée de mieux structurer l’association et réfléchir ensuite sur un  projet  plus ambitieux : la mise en place d’un site de traitements de déchets non biodégradables (plastique, verre et le fer).

Un dépôt sauvage d’ordures

A travers cette plateforme, l’association envisage de construire des bassins de tri sélectifs, de collecte de déchets domestiques  et la transformation et valorisation de ces détritus. Une initiative largement soutenue par la commune de la ville. Le projet dont le coût total est estimé à 54.045 euros (près de 27 millions Kmf) recherche ses bailleurs. A terme, les initiateurs prévoient d’embaucher une quinzaine de jeunes des quartiers défavorisés de la commune sur ce site. Une manière, selon les responsables, d’éviter à ces jeunes désorientés de plonger dans la délinquance. Une opération de crowdfunding est maintenant lancée sur la toile pour essayer de grappiller une partie de cette somme prévue.  « Ouani est  une ville vitrine, c’est l’aéroport. Tout étranger qui vient à Anjouan, passe d’abord à Ouani. Cette ville connue aux Comores comme étant une ville d’intellectuels et aussi, une ville où les gens ont une conscience sur les enjeux écologiques et environnementaux », conclut Nidhoir Daoud comme pour justifier cette engagement citoyenne. Un exemple qui devrait inspirer d’autres initiatives dans d’autres localités…

Pour participer à l’opération de crowdfunding lancé par l’association Muo-Ouani verte c’est par ici: https://www.generosity.com/community-fundraising/nettoyer-la-riviere-d-ouani-des-dechets-plastiques

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s