Le Conseiller Antoy Abdou révoqué de la Cour Constitutionnelle

Par Faïssoili Abdou

Antoy Abdou, Conseiller à la Cour Constitutionnelle

En publiant, il y a quelques semaines son livre, « La Cour Constitutionnelle, à réformer de toute d’urgence », en réalité un assemblage des rapports qu’il a eu à produire durant les six ans de son mandat à la Cour Constitutionnelle, le Conseiller Antoy Abdou, croyait faire oeuvre utile. Mal lui en a pris. Ses collègues ont décidé de l’évincé de la Haute Juridiction.

Il aurait touché au « fruit défendu » ou plutôt au « livre défendu ». En publiant, il y a quelques semaines, son livre d’une cinquantaine de pages intitulé « La Cour Constitutionnelle, à réformer de toute d’urgence », Antoy Abdou, Conseiller à la Cour Constitutionnelle depuis six ans aurait franchi le Rubicon. C’est en tout cas, ce qu’on peut comprendre à travers la décision de la Cour publié ce vendredi 5 mai à Moroni.  « Monsieur Antoy Abdou ayant méconnu ses obligations  est révoqué et perd sa qualité de Conseiller de la  Cour Constitutionnelle », lit-on dans le procès verbal établi à l’issue d’un Conseil de discipline spécialement organisé pour traiter le cas du Conseiller.  Les Sages reprochent, en effet, à Antoy Abdou d’avoir « publié un livre dont la couverture porte la photo du Conseiller revêtu d’une toge et avoir commenté des arrêts de la Cour dans ce livre incriminé » et enfin, « d’avoir reconnu que depuis 6 mois, « il n’a pas mis les pieds à la Cour ».

Pas perturbé pour un sou, le Conseiller Antoy Abdou qualifie cette décision de « ridicule ». Pour sa défense, il rappelle son habitude administrative consistant à rédiger des rapports d’activités dans l’exercice de toutes les fonctions qu’il a eu à occuper depuis son entrée à la Fonction Publique des Comores. Et, ce livre incriminé n’est, donc, pas une exception. Ce fascicule d’une cinquantaine de pages est en réalité la somme de rapports d’activités que le Conseiller à la Cour Constitutionnelle a produit dans le cadre de sa mission au sein de cette institution. Autrement dit, les sages de la Cour comme d’autres responsables politiques de l’archipel devaient avoir déjà lu ces réflexions depuis belle lurette…

Couverture du livre

Dans son livre, le Conseiller Antoy Abdou exprime ses appréciations par rapport au fonctionnement de la Cour Constitutionnelle des Comores mis en place depuis 2014. Une institution qui a eu, « depuis sa création, une histoire rocambolesque et mouvementée : trois présidents destitués dans des conditions contestables, un Conseiller démissionnaire, un Conseiller évincé, méfiance des partis politiques et de la population et décisions donnant régulièrement lieu à des polémiques », rappelle-t-il.

Au fil des pages, l’auteur  met en relief, les défaillances, les dérapages et les dérives  opérées par la Cour Constitutionnelle,  tout en proposant les mesures et actions  qui lui semblent nécessaires à mettre en œuvre pour le redressement de cette Haute institution. Un vrai coup de pied dans la fourmilière !  L’objectif est, selon lui, d’« apporter les preuves du dysfonctionnement de cette institution ô combien importante pour la vie démocratique en Union des Comores ; et dégager des pistes de solutions pour qu’enfin on ait un juge constitutionnel digne de ce nom, répondant aux exigences de ses missions et garantissant la crédibilité des institutions auprès des citoyens comoriens et de la communauté internationale ». Et lui d’ajouter, tranchant : « Chaque citoyen, en Union des Comores, mesure et reconnait l’importance de cette institution dans le maintien de la paix et la cohésion nationale, ainsi que l’impact direct sur la promotion de la démocratie ; mais il n’en demeure pas moins que la méfiance du peuple et des acteurs politiques est presque totale vis-à-vis des décisions de cette institution considérée comme l’appendice du pouvoir et l’apanage des personnalités ne disposant pas toujours des compétences requises et parfois prenant des largesses par rapport aux exigences morales liées à leurs fonctions ». Il faut reconnaître que cette réflexion est nécessaire  si on se réfère, évidemment,  à certains arrêts rendus ces dernières années par cette juge constitutionnelle qui ont laissés perplexes plus d’un observateur…

Le Conseiller Antoy Abdou croit que ce redressement, dont il appelle de ses vœux, « doit conduire, inéluctablement, à l’amendement de certaines dispositions de la Constitution, de la loi organique de la Cour Constitutionnelle, de la loi électorale et par perspicacité, voire  à la révision de l’ensemble des institutions constitutionnelles autrement dit du système constitutionnel comorien ». Tout un programme ! Le débat est lancé, gageons que les autorités, les intellectuels  saisiront l’occasion pour se pencher en « urgence » sur la Cour Constitutionnelle qui, malgré sa jeunesse (13 ans), montre déjà des signes de vieillesse. Et cela n’est pas forcément lié à l’âge des membres qui la composent.

En publiant son livre à quelques semaines de la fin de son mandat prévu  le 14 juin prochain, le Conseiller Antoy Abdou croyait avoir fait œuvre utile et surtout n’avoir enfreint aucune règle. Il s’est heurté de front à la réalité. Les sept autres sages de la Cour lui ont fait comprendre qu’il fallait composer avec l’hypocrisie ambiante. En clair, ne rien dire, laisser les mauvaises pratiques prospérer et continuer tranquillement son bonhomme de chemin. En refusant, de jouer le jeu, il paie son audace. Et, il affronte le schéma classique qui veut que les têtes qui dépassent sont coupées. CQFD…

Antoy Abdou, La Cour Constitutionnelle, à réformer de toute d’urgence, Edition Belles Pages. disponible dans les librairies aux Comores.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s