Comores/ France:Pour Alain Juppé, les mineurs isolés à Mayotte « seraient mieux dans un centre de rétention que dans un bidonville »

Par Faïssoili Abdou (avec Europe 1)

Juppé

Invité Mardi dernier, de Jean-Pierre Elkabbach dans  l’émission « interview politique » sur Europe 1, le Maire de Bordeaux et candidat aux primaires Les Républicains pour l’élection présidentielle de 2017, a entre autres évoqué la « situation explosive à Mayotte ».

[Interview accessible sur ce lien à partir de 11min 36 : http://www.europe1.fr/emissions/l-interview-politique/2017-peine-de-mort-decheance-de-nationalite-alain-juppe-repond-aux-questions-de-jean-pierre-elkabbach-2644931%5D

«J’étais à Mayotte il y a 15 jours ou trois semaines, où la situation est totalement explosive. La République vient de construire à Mayotte un centre  de rétention administrative. Flambant neuf, 27 millions d’euros. Et à côté de ça, il y a un bidonville au dessus de la capitale de Mayotte, Mazudzu (sic), où j’ai rencontré des enfants errant dans la rue. Et je me suis dis que ces personnes qui sont en situation illégale dont les parents sont en situation illégale, elles seraient sans doute mieux dans le centre de rétention qui est vide, plus tôt que dans un bidonville », a expliqué l’ancien premier ministre qui s’est déclaré  favorable à un « placement des familles en rétention administrative ».

Alain Jupé a ensuite demandé un durcissement des contrôles dans cette île comorienne sous administration française. « Il faut avoir un véritable contrôle », a-t-il lancé.

Parlant du centre de rétention de Mayotte, l’un des lieux qu’il a visité lors de sa récente visite dans l’île, Alain Juppé a notamment déclaré : « Ce centre de rétention administrative à Mayotte  est devenu un « centre de rotation administrative ». Les immigrés illégaux arrivent tous les matins d’Anjouan, des Comores voisines, sur des bateaux illégaux qu’on appelle des Kwassas. On les prend, on les traite dans le centre de rétention, on les renvoie chez eux le soir, ils reviennent le lendemain matin. Il faut arrêter ça. Il faut avoir un véritable contrôle », a-t-il soutenu. Et lui d’enchainer : « Je propose notamment en ce qui concerne le droit du sol de dire que, Mayotte étant la première maternité de France, les enfants qui naissent en France ne sont français que si, au moins, un de leurs deux parents est en situation légale ». En clair, le candidat aux primaires Les Républicains de 2016, souhaite une révision du droit du sol.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s