Libre opinion: Contre la nouvelle politique d’assistanat de la FADC

Les autorités comoriennes ont dévoilé récemment un nouveau programme de la FADC (fond d’appui au développement communautaire) intitulé « filets sociaux de sécurité ».  Doté d’une enveloppe de 6 millions de dollars ce projet soutenu par la banque mondiale viserait à « augmenter l’accès aux filets sociaux et au service de nutrition dans les communautés les plus pauvres ». Reste que cette nouvelle orientation des activités de la FADC  soulève  des questionnements quant à son utilité et son efficacité. Un de nos lecteurs nous a fait parvenir la réflexion suivante à travers laquelle, il appelle à dénoncer ce qu’il a baptisé « la politique du mangement ». 

Par Docteur Abdou Ada Musbahou (Chirurgien, France)

Avant  de m’exprimer sur la nouvelle politique de la FADC, en ma qualité de simple citoyen soucieux de l’avenir de notre pays, je ne peux pas m’empêcher de louer les efforts que cet organisme a consenti  pour améliorer les infrastructures,  dans l’ensemble du territoire national.  En effet, au  moment où les moyens de l’Etat sont limités, c’est  grâce à la FADC que des  travaux de construction d’écoles,  d’adduction d’eau et  d’assainissement sont réalisés dans nos villes et villages,  oubliés par les pouvoirs publics. Sans aucun doute, il s’agissait  d’une action,   profitant à l’ensemble de la population ayant vocation à  améliorer  la vie des gens d’une façon durable dans ce pays où beaucoup d’éléments de base pour son développement manquent cruellement à savoir : l’eau, l’électricité, les routes, les écoles…

Les principales activités professionnelles  pratiquées  par la majeure partie des hommes et des femmes actives dans ce pays, demeurent l’agriculture et la pêche. Force est de constater que mis à part le projet de pêche qui vient de voir le jour à Ngazidja, rien n’est fait pour aider le paysan et le pêcheur comorien à améliorer ses revenus, malgré les nombreuses annonces.

Il faut aussi rappeler que les Comoriens ne connaissent pas la famine et la malnutrition à grande échelle comme d’autres pays, grâce aux  efforts  ingrats de nos agriculteurs et de nos pêcheurs,  malgré leurs  faibles  moyens d’exploitation. Ces Comoriens d’en bas méritent reconnaissance et encouragement pour améliorer leur  rendement et non pas l’aumône quelle qu’elle soit sa forme. Il serait donc  préférable de leur donner des outils de travail et  assainir les pistes rurales construites par les gouvernorats, plutôt que  leur distribuer des denrées alimentaires importées.

C’est pourquoi, je m’insurge contre la nouvelle politique de la FADC, laquelle vise à distribuer des vivres aux gens sous prétexte de soulager leur souffrance, au lieu de continuer ses efforts en faveur de l’amélioration des infrastructures dans le pays. Cette politique alimentaire, une  pérennisation de l’assistanat  me rappelle les projets PAM (programme alimentaire mondial) aux Comores avec leurs dérives…

Je lance un appel pressant à tous pour dénoncer cette politique de « mangement »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s