Ali Mmadi, directeur de publication de Karibu Magazine : « Je suis serein »

Ali Mmadi, directeur de publication de Karibu Magazine

Ali Mmadi, directeur de publication de Karibu Magazine

Propos recueillis par Mmadi Moindjie (Source : Al fadjr 8 octobre 2014)

Après 24 heures passées en garde à vue, le directeur de la publication Karibu, Ali Mmadi se dit serein. Il dit n’avoir aucun souci avec l’audience publique sur cette affaire prévue le 16 octobre prochain. Pour rappel, il s’agit d’une affaire qui l’oppose à Fahmy Nassor, directeur local de la compagnie Precision Air.

Comment avez-vous vécu ces 24h de garde-à-vue ?

Pour être honnête avec vous, j’ai vécu très mal cette mesure qui m’a été infligée. Mais cette garde-à-vue m’a permis d’être à l’évidence de certaines choses, notamment en ce qui concerne les droits et libertés fondamentaux par rapport à notre système judiciaire. Vous imaginez, j’ai été amené pieds nus dans une cellule de 4m sur 2,5m, sans électricité avec des bouteilles d’urines partout. Et tu sais avec qui j’étais ? Les petits délinquants de la nuit. Non seulement ça, certains officiers m’ont traité comme si j’étais un délinquant. Tout cela m’a touché. Et bien c’est ça ce qu’on appelle garde-à-vue chez nous.
Pourquoi avez-vous été placé en garde-à-vue ?
Très honnêtement je ne sais pas.

Vous êtes convoqué pour une audience le 16 octobre dans l’affaire qui vous oppose avec Fahmy Nassor. Que pensez-vous ?

Je n’ai un aucun souci avec cette audience publique, je vais la préparer avec un avocat. Et puis c’est le cours normal des choses. Moi je sais que je n’ai pas commis un acte de diffamation et je n’ai pas publié de fausses informations. Mes sources sont crédibles. Par contre pour la manifestation de la vérité, la Justice doit participer comme c’est le cas partout dans les pays qui se veulent démocratiques. C’est une affaire qui concerne un détournement de fonds présumé. Pourquoi le parquet ne s’intéresse pas de savoir s’il y a eu ou non détournement d’argent en ouvrant une information judiciaire et désignant un juge d’instruction avec tous les moyens juridiques nécessaires. A mon avis ce n’est pas seulement un devoir, c’est une obligation. Le procès en diffamation me semble dans tout cela très accessoire.

Publicités

Une réflexion sur “Ali Mmadi, directeur de publication de Karibu Magazine : « Je suis serein »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s