Traversée de Mayotte : les vrais morts sont les survivants

Par Ahmed Abdallah Mgueni (Journaliste)

 

Des candidats à la traversée vers Mayotte

Des candidats à la traversée vers Mayotte

Il s’agit ici d’un cri du cœur pour attirer l’attention sur une situation critique. Lorsqu’on parle de la traversée tragique entre Anjouan et Mayotte, on a tendance à parler des centaines des morts seulement. Et pourtant. Les survivants de cette traversée font aussi de la peine. De la vie chaotique qu’ils vivent à Mayotte, en passant par les expulsions inhumaines et l’après expulsion, rien n’est plus facile pour ces hommes et ces femmes qui ne demandent qu’à vivre dans l’espoir.

C’était un mois de mars de l’année 2009 quand nous débarquons à Anjouan pour assister aux célébrations du débarquement militaire contre l’ex-chef séparatiste Mohamed Bacar. De la place M’roni, au centre névralgique de la ville chef lieu de l’île, le groupe de journalistes que nous étions, sommes interpellés par un jeune garçon. « Venez voir, il y a une fille de Moroni qui est en détresse », nous dit-il. Par curiosité, on a suivi le jeune dans les ruelles exigües de  de la médina de Mutsamudu. Une fois sur place, c’est un spectacle de désolation qu’on découvre. La fille en question, dort à même le sol. Sur des cartons en guise de matelas, cette jeune fille d’à peine 20 ans,  est allongée presque nue. « Elle est malade depuis plusieurs jours. Mais plus grave encore, elle est aussi mentalement malade et les hommes abuse d’elle tous les jours », raconte ce monsieur qui l’a aussi connu à Mayotte avant d’être expulsé ensemble. Le caractère délabré de cette maison où squatte ce groupe est indescriptible. L’odeur qui en ressort du poulailler installé juste à coté est insupportable. D’après le jeune garçon,  la fille « n’a pas supporté l’expulsion ». Elle a tout simplement craqué surtout quand elle pense à ses enfants livrés à eux-mêmes en terre mahoraise. De là, on découvre un autre fléau jusqu’ici méconnu : celle des expulsés de Mayotte.

Pour en arriver à l’expulsion, ces Comoriens des trois îles en ont vu de toutes les couleurs. Mauvais traitements, insultes, mauvaises conditions de vie, le quotidien de ces hommes et femmes n’est pas de tout repos. Les multiples reportages de la télévision française, le témoignent tous les jours. « Certains Comoriens des trois îles sont obligés de dormir dans les champs de peur d’être surpris en pleine nuit et en sommeil par la police française ». Des limiers qui pénètrent sans foi ni loi dans les habitations afin d’y effectuer des arrestations nécessaires pour compléter le quota fixé par le ministère de l’intérieur française en terre comorienne. C’est justement dans ces champs que la plupart d’entre eux passent leur temps. Ils sont exploités par des Mahorais ou des Mzungu (Blancs) pour des travaux champêtres. Et je vous laisse imaginer quel salaire, ils perçoivent en étant «clandestins ».  Et si ce n’est pas dans les champs qu’ils sont maltraités, c’est dans le BTP que les patrons profitent de cette main d’œuvre souvent qualifiée mais vulnérable. Retenez seulement, qu’ils ne peuvent jamais réclamer un droit en étant « clandestins ».  Mais si les hommes utilisent leurs biceps pour survivre, les femmes, « elles donnent tout simplement leur corps » pour pouvoir joindre les deux bouts. Ces femmes se donnent à n’importe qui, pour ne pas dire se prostituent pour faire face aux charges mensuelles de loyer et autres.

Ces Comoriens des trois îles sont traqués matin et soir sans répit. Ils sont capturés comme des bêtes et placés dans le centre de rétention le plus immonde au monde. Ils sont ensuite expulsés au mépris de la loi. Des enfants qui sont séparés de leurs parents, des couples qui sont divisés. « On dirait que les gendarmes de l’île n’ont pas de cœur » nous disait un ancien de Mayotte.

Mais c’est une fois expulsés et renvoyés à Anjouan que la galère commence. Ces jeunes sont souvent originaires de Ngazidja. A Mutsamudu sans argent et sans famille et le plus souvent sous le choc après une expulsion brutale, le réveil est difficile. C’est dans ces conditions que certains craquent et perdent la raison. Pour d’autres, ils font face à un dilemme. Rare sont ceux qui acceptent de rentrer à Moroni, s’ils trouvent les moyens. Pour eux, c’est le début d’un autre voyage. Un voyage qui recommence or Dieu seul sait combien il est difficile de se procurer 150 000 francs (300 euros) encore pour reprendre la mer. Pour cette catégorie, ils sont plongés dans un cercle infernal. Ils ont tout simplement honte de rentrer bredouilles à la maison. Et plus le temps passe, plus la honte de rentrer à Ngazidja grandit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s