Interview/ Mahamoud Mohamed Elarif : « Il n’y aucune mésentente entre Sambi et Anissi »

Mahamoud Elarif,au premier plan serrant des mains de joueurs

Mahamoud Elarif,au premier plan serrant des mains de joueurs

Ancien Commissaires aux finances, ex-directeur de Cabinet du gouverneur Anissi Chamsidine, Mahamoud Mohamed Elarif est, depuis novembre 2013, le Coordinateur régional du parti Juwa au niveau de Ndzouani. Cette formation politique crée à l’initiative de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi a tenu, le 14 août dernier, une importante réunion à Mutsamudu avec comme ordre du jour la préparation des prochaines échéances électorales. Comoressentiel, a saisi cette occasion pour en savoir plus sur les points abordés lors d’un entretien avec le coordinateur du parti à Ndzouani.

Quelles sont les grandes lignes que votre parti a arrêtées lors de sa réunion du 14 août à Mutsamudu ?

Concernant la réunion du 14 août, le parti a surtout appelé les militants de s’exercer à la démocratie au sein de notre structure par le biais des primaires aux différentes élections. Nous les avons notamment demandés de ne pas hésiter à exprimer leurs ambitions pour des mandats électoraux mais aussi de s’unir derrière les candidats qui seront définitivement choisis.

Combien de membre compte votre parti au niveau de Ndzouani ?

A Ndzouani, le parti compte plus de 5000 adhérents mais on estime que 1000 autres adhésions peuvent s’enregistrer avant le lancement de la campagne électorale.

Un protocole d’accord est signé entre le Colonel Abeid et Djaffar Salim en vue des prochaines élections. Que pensez-vous d’une telle alliance ? Cela vous effraie-t-il pas au niveau du parti Juwa ?

 Le protocole d’accord entre Abeid et Djaffar Salim n’a eu aucun impact sur la scène politique. Moi, même je ne l’ai appris que sur les réseaux sociaux.

Pensez vous que le gouvernement pourra respecter les échéances qu’il s’est fixé par rapport aux dates de l’organisation de ces élections ?

 Je ne crois pas que le gouvernement puisse faire respecter sa feuille de route électorale pour deux raisons :

-l’impossibilité de réunir les moyens financiers à temps

-leur camp n’est pas prêt pour des élections qu’il perdrait surement si elles se tenaient aux dates prévues.

Avec quel état d’esprit donc vous partez pour les prochaines échéances électorales ?

 Nous sommes sereins et prêts pour les élections.

 Quel programme, vont défendre les candidats du parti Juwa au cours de la prochaine campagne électorale ?

Notre programme politique sera dévoilé avec le lancement de la campagne. Je ne peux rien dire de plus car on est entrain d’affiner les expressions.

Mais vous pouvez  peut-être nous en citer ne serait-ce que les grandes lignes ?

Bien sur que par notre programme nous allons proposer un projet de société pour endiguer les grands maux qui gangrènent notre pays : le désespoir de la jeunesse avec le problème de l’emploi des jeunes, la croissance économique avec une économie basée sur le tourisme.

On parle beaucoup d’une éventuelle candidature de l’ancien président Sambi aux élections présidentielles de 2016 dont les primaires se tiendront, selon toute vraisemblance, à Ngazidja. Cette éventualité irrite certains dans la classe politique comorienne. Que répond le parti Juwa à ces hommes et femmes politiques ?

La candidature de Sambi en 2016, ce n’est pas encore la préoccupation du moment.

Un quotidien comorien a évoqué récemment une « mésentente » entre l’ex-président Ahmed Abdallah Sambi et le gouverneur de Ndzouani Anissi Chamsidine. Entre les deux hommes, le courant ne passerait pas. Êtes-vous au courant de cette situation ?

 Il n’y a pas la moindre mésentente entre Anissi et Sambi. Ce n’est qu’une rumeur de la presse et des certains utilisateurs de facebook.

Et selon vous d’où proviendrait cette « rumeur » ?

La rumeur vient de nos adversaires politiques qui tentent de semer le doute dans nos rangs.

Quand est ce que sera officialisé l’accord entre le Juwa et le Pec ?

 Entre Juwa et le PEC, il y a une alliance politique et pour les élections ça sera précisé la semaine prochaine.

A part, le parti Pec quelles sont les relations du  Juwa avec les autres partis d’opposition ?

La plupart des partis d’opposition sont des partis satellites du pouvoir.

 Propos recueillis par Faissoili Abdou

Publicités

Une réflexion sur “Interview/ Mahamoud Mohamed Elarif : « Il n’y aucune mésentente entre Sambi et Anissi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s